Récemment

Triporteur

Je vais à une population que ma population d’à présent cache et dérobe je vais à une population de derrière ma population à qui par celle-ci la route sera alors ouverte.
Paire de vendeuses

L’ouvrier, la shanghaienne, la dame au linge, les vendeurs à la paire, la jeune femme au scooter, les gens du marché, le commis libraire, le serveur du Bar Rouge, le chinois d’enfance… Et voilà. Et tu sais maintenant pourquoi tu étais là.
Paysanne vendant ses légumes dans un petit marché du nord de Shanghai, tout près de la gare.

Les besoins métropolitains de Shanghai structurent assez tôt les rapports du maraichage et de l’industriel dans la banlieue de la ville. On peut voir l’insinuation, dans les espaces résidentiels, d’une agriculture intensive qui optimise le sol. Mais on peut voir aussi des déplacements d’industries en marge du centre urbain qui induisent des relogements des populations rurales dans de grandes tours d’habitation. On voit même émerger des gatted communities dysnéifiant la «ville à la campagne», de nouveaux espaces de loisir, des country resorts…
Pudong éteinte

Et là, devant Pudong, toutes lumières éteintes à trois heures du matin, c’est l’image même du milieu, neutre et fade. Aucune pensée ne vient, aucune sensation, aucune extase, même pas en souvenir des mille et mille scintillements de la tombée de la nuit sur la city depuis le pont versicolore de Waibaidu. On se dit qu’on est là et c’est tout.
Lilong

Le lilong est aujourd’hui, à Shanghai, au cœur du conflit urbanistique entre l’héritage des anciennes structures et les programmes de développement à grande échelle. Avec leur « rénovation », ce qui est caractéristique du Lilong, c’est-à-dire l’espace de relation, est en train de disparaître.
P1090111

Ces deux Shanghaïennes en tailleurs nous emmènent jusque devant les raviolis recherchés. Elles vérifient régulièrement qu’on les suive, du coin de l’œil. Loin de toute promiscuité.

NOTES

ACTUALITÉS

LIGNES

SHARE

Accueil