Articles répertoriés pour

espace public

Hotel California

Comme dans la plupart des chambres d’hôtes —sans doute aviez-vous remarqué ce trait caractéristique de l’hôtellerie de particulier à particulier—, la décoration demeure tributaire du goût du propriétaire et même, plus vraisemblablement, de la représentation qu’il se fait de vos attentes et de la capacité qu’auront à les satisfaire ses vieux bibelots, ceux dont il ne s’est pas encore défait.
Dan Havel & Dean Ruck, Inverted house, Houston

La thèse du géographe David Harvey est simple: les concentrations démographiques et géographiques que sont les villes doivent leur dynamique au besoin du capitalisme d’écouler le surproduit. Dans cette voie, comme dans la fameuse fresque de Diego Rivera, les villes cristallisent du temps de travail et des rapports de classes. La progression des infrastructures urbaines est en ce sens attachée au jeu de l’investissement et de la dette.
Chat à la voiture rouge—©Microtokyo

Il n’y a bien que les humains pour opposer humanité et animalité, dominant et dominé, ville et nature. Mais nous, les chats, sommes divins parce que nous nous fichons éperdument de ces binarismes simplistes. Nous avons suffisamment d’affect et d’intelligence pour laisser croire aux Hommes que ce sont eux les maîtres et nous les dominés. À vous les chatons de perpétuer cette illusion pour qu’ils continuent à trimer pour nous nourrir et nous choyer.
Neozoon

Kangourous, coyotes, renards, cerfs, ours, lapins, tigres, moutons… Neozoon tapisse stratégiquement les murs de nos villes et interroge notre rapport à l’animal. Interview de ces mystérieuses dames à la fourrure qui gardent encore leur anonymat.
Conversation sur le Bosphore

Car dans la commune d’Istanbul chiens, chats et mouettes ont voix au chapitre du partage de la voirie. Et si l’un, ou dix, surprennent par leur conversation, nul ne pourra se prévaloir de son droit de cité. C’est ainsi.

J’aime ces moments où le temps de l’imaginaire se décroche du temps des gestes. Un frémissement des espaces dérègle les synchronismes; sensations et émotions s’y engouffrent, le coutumier est mystérieux, source d’histoires qu’on se raconte à soi-même. En marchant sur le trottoir.
mots_Defense-2—©François Bon

Parce que la poire, ou l’île, est une surface nettement délimitée, elle se reconstruit sur elle-même. La zone «reflets» (à cause de la tour Saint-Gobain, qui joue des siens) devient la vitrine la plus futuriste, au détriment même des grands élancements des tours-pouvoir (Total, Areva, EDF). Alors certains secteurs, qui furent dépositaires de ce futurisme une décennie, s’abandonnent et gardent la vieille signalétique grise. La signalétique grise divise la poire en huit, avec des numéros.
hong-kong-signs_03 — ©Ikano Grafik

Si la ville naît avec la sédentarisation des hommes, son développement a pour corollaire le recours aux signes. Les traces d’autrefois n’ont rien à voir avec celles que nous connaissons aujourd’hui. Mais dès Sumer, Éphèse, Pompéi, Tikal et ailleurs, trois types de signes —institutionnels, mercantiles, sauvages— sont bien présents, et se sont installés dans notre espace urbain. Comment en faire le répertoire? Comment penser leurs connexions? Comment, aussi, les oublier?
«Dans mon ‘stade’, c’est ma ligne de départ du 5 km.» Crédit photo Luc Levesque, de Training for Boston

Les pratiques sportives urbaines sont le terrain de chasse des vendeurs de godasses. Dès les années 1920, le lobbyiste Edward Bernays expliquait ainsi aux industriels qu’il fallait «construire des consensus» pour que le grand public consomme. En effet, la publicité seule ne fait pas consommer un produit, il est nécessaire de construire une histoire, de pénétrer l’inconscient collectif de façon très organisée, avec les leaders d’opinions de chaque groupe social.
Looking-into-the-past

Le rapport d’une collectivité à sa mémoire dépend du caractère indispensable que certains repères prennent dans l’environnement social contemporain. Ces points de repère ne font pas que diviser la durée: ils nourrissent la pensée, les relations de langage et infléchissent les allures de l’existence sociale, aussi surement que le font la religion ou les règles de morale.