Articles répertoriés pour

anthropocène

La doline du Bayou Corne en 2013

Il y a trois ans, le 3 août 2012, un effondrement de terrain a « siphonné » un bayou de Louisiane et mis en danger 300 habitants, la plupart ayant été contraints de déménager. Il resterait aujourd’hui quinze personnes seulement dans ce coin d’Assumption Parish, près de Napoleonville.
Southdale Center, Edina Minnesota

Les Mall Walkers sont enchantés de venir faire leurs exercices physiques au shopping mall en été. On y goûte les joies de l’environnement impeccablement tempéré, franchement distinct du climat humide tropical de la Louisiane.
Cahokia Mounds

Les monticules des Mound Builders formaient des terraces dominant la plaine inondable. Ces tertres sont souvent associés dans des ensembles de plusieurs hectares, témoignant de l’existence d’agglomérations de plusieurs dizaines de milliers d’habitants. Les tumulus sont parfois si étendus qu’on n’imagine pas qu’ils soient autre chose qu’un pli géologique naturel.
2004-Southeast-Louisiana-Land-Loss

Longtemps cultivé à l’état d’intuition rêveuse, ce projet d’écriture plurimédia prend enfin consistance. Il s’agit d’une enquête subjective sur l’anthropocène menée à la Nouvelle Orléans et dans les territoires du sud de la Louisiane.
Pete Watts, untitled (Alvarado Water Treatment Plant), graphite on paper over panel, 16x20x1”, 2010

Par leur conformation, la sculpture de leur écorce et l’étagement de leurs strates, nous ne pouvons qu’inférer à la naissance de certains paysages le dessein singulier d’une forme d’intelligence ancienne.
Faits d'électricité – illustration de Micromegapolis

Tribune publiée dans « Libération » en vue du débat «Dessine-moi une ville comme il faut!» où Urbain, trop urbain proposera une série de réflexions d’écologie politique tirées de l’enquête Micromegapolis.
E pur si muove

En fait d’empreinte écologique, c’était à une entame géologique sans solution de retour à laquelle ils assistaient médusés. [extrait du livre Micromegapolis]
Salmo Salar

Cet objet technologique, tout ou partie, ils ne savaient pas encore, était donc ce qui permettait artificiellement d’assurer le cycle de vie naturel des saumons et d’autres poissons migrateurs. [extrait du livre Micromegapolis]
Tous ne mouraient pas...

Ils se réjouirent finalement du paradoxe qui fait que les habitants des villes, alors qu’ils ont tout à proximité, sont ceux qui se déplacent le plus, comme s’ils adoptaient des modes de vie nomades à l’heure où ils auraient pu se contenter d’être sédentaires. [extrait du livre Micromegapolis]
Micromegapolis_Novela_teaser_1

Depuis quelques temps, « Urbain, trop urbain » travaille avec le sociologue et philosophe Bruno Latour à la définition d’un projet original, partie scientifique, partie esthétique. Mené comme une enquête de terrain, à Toulouse, il ambitionne de décrire, par petites touches, le rapport singulier qu’entretient une ville au cosmos…