Articles par

Urbain, trop urbain

Urbain, trop urbain

Collectif fondé en 2010; se propose de saisir les métamorphoses actuelles de la ville.

Kôbé, 17 janvier 1995: effondrement de l'autoroute du Hanshin

Du mercredi 30 août au mercredi 6 septembre 2017 se tient au Centre Culturel International de Cerise-La-Salle un grand colloque autour de l’œuvre d’Augustin Berque. L’objet de ce colloque n’est pas de revenir sur le concept d’anthropocène; c’est de proposer, avec la mésologie, la définition d’un autre paradigme que celui de la modernité.
Le jeune public au rendez-vous

Le grand plateau d’exposition du MuCEM (Marseille) a accueilli du 21 mars au 15 août 2017 une exposition consacrée à l’économie des déchets en Méditerranée. « Vies d’ordures » vient de fermer. Les chiffres communiqués sont plus que satisfaisants dans l’histoire du MuCEM. 129.195 visiteurs exactement s’y sont rendus.
Fos-sur-mer depuis la plage de Piémanson ©Urbain, trop urbain

Comment donner à voir des pollutions invisibles ? Comment les mesurer, comprendre leur nature, leur dangerosité ? Le collectif Urbain, trop urbain participe à une soirée spéciale, le vendredi 28 avril, consacrée aux manières artistiques et/ou scientifiques de nous rendre sensibles ces zones critiques où le déchet devient paysage.
In Wildness is the preservation of the World

Réalisé dans le contexte de la commémoration des dix ans de l’ouragan Katrina, cet essai vidéo décrit l’effondrement sûr et silencieux du sol sous les pas d’une bacchanale protestataire.
Centre de tri de Tufino (Italie) ©Franck Pourcel, 2011

« Vies d’ordures », le catalogue de l’exposition sous la direction de Denis Chevallier et Yann-Philippe Tastevin est disponible en librairie. 240 pages richement illustrées…
Peripherique-interieur 18

La revue « Sciences de la société » vient de faire paraître son dernier numéro qui entreprend de décrire, dans toute sa complexité, le phénomène de la marche urbaine. Il passe du point de vue de l’écrivain à celui de l’urbaniste, de celui de l’architecte à celui du sociologue ou encore du designer…
Pickup à Manshayet Nasr, le Caire ©David Degner

Le MuCEM accueille une exposition consacrée à l’économie des déchets en Méditerranée, avec un angle de présentation inédit, fondé sur des enquêtes ethnographiques réalisées en Turquie, en Albanie, en Égypte, en Italie, en Tunisie, au Maroc ou dans le Sud-est de la France…
Enterrer les abeilles

On peut enterrer les abeilles une fois les fleurs disparues et les laisser ainsi jusqu’à leur retour.
Conférence prononcée dans le cadre de l'exposition "La sardine, le romarin et la torchère".

Cette exposition met en jeu des regards d’habitants sur leur ville, des travaux de recherche et de création in-situ d’artistes d’horizons pluridisciplinaires et des études scientifiques de l’impact des industries sur le vivant du territoire.
Parmi les chefs d’œuvre du genre, le fabuleux et énigmatique film de Nicholas Ray et Budd Schulberg, “La forêt interdite” (1958)

Les Journées du film sur l’environnement s’ouvrent cette année sur une programmation réflexive, fondée sur les quelque 550 films qui ont été réunis sur le sujet au travers des précédentes éditions.