Accueil»Lignes»
Art et pratique du paysage, pour une sédimentologie hybride

Art et pratique du paysage, pour une sédimentologie hybride

0
Partages

C’est une évidence, « lire un paysage » consistera de plus en plus à y déchiffrer l’entrelacement qui le caractérise entre des processus sédimentaires naturels et anthropiques. L’Holocène a en effet vu les humains devenir progressivement la première force modifiant la composition et la destination des sols. Certes, l’histoire de la Terre se lit dans les sédiments comme dans un livre ouvert. Mais les sédiments fixent aussi dans leur jeune histoire ce que le sol rend de la marche industrielle forcée de la civilisation occidentale. D’où la nécessité de l’épreuve artistique de cette discordance des sols, des temps, des énergies et des représentations que signe le moment Anthropocène.

Déployant notamment l’enquête de mon livre, Voyages en sol incertain (Wildproject & La Marelle, 2019), je propose dans cette conférence illustrée donnée le 16 janvier 2020 à l’EBABX une vision artistique et anthropologique des sédiments des deltas comme porteurs d’une nouvelle époque, celle où la temporalité des choses de la terre s’invite dans celle des hommes et la questionne.

Auparavant

Un cow-working autour du sanglier

Ensuite

Principes d'une cow-production

Pas encore de commentaire

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>