Articles relevant de la section

Écritures

La ville est une arène 6 ©Sébastien Mazauric

La fuite oui, il ose se le dire pour lui seul. Il n’aurait pas honte de le dire à un ami, mais il n’en a pas. La fuite, c’est un mot derrière lequel personne ne sait vraiment ce qu’il faut endurer, mais à quoi bon tenter d’expliquer l’indicible.
La ville est une arène 5 ©Sébastien Mazauric

Et cet horizon… toujours le même, la ligne violette des crêtes, le plateau, Ronel au loin dans la vallée avec le cimetière qui couvre la pente derrière l’église, tournant le dos au village… seule alternative à Paris, c’est comme d’être en cage.
La ville est une arène 4 ©Sébastien Mazauric

Il explique qu’il est venu pour les résultats du baccalauréat, qu’il a passé en candidat libre cette année, en fait c’est la deuxième fois, et il ne sait pas à qui s’adresser. Si, il a été au bureau mais les gens avaient tous l’air très occupés. Oui, il vient.
La ville est une arène 3 ©Sébastien Mazauric

Personne ne sait comment il est arrivé jusqu’ici et il se tait avec application quand on le lui demande, habitué à filer par les portes, à se cacher, à escalader le mur du fond de la cour quand un contrôleur ou un policier arrive à l’improviste.
La ville est une arène 2 ©Sébastien Mazauric

Je lis dans leurs regards aux gens; ils sont gênés, ils baissent les yeux, ils posent une main sur la vitre pour se faire croire qu’ils l’ont eux aussi un peu ouverte la porte, mais c’est faux. Tout ça pour ne pas avoir à me regarder, à me dire merci ou pire: à me faire face.
La ville est une arène ©Sébastien Mazauric

Se rappeler du jour où il était arrivé en France était trop difficile, trop flou ; celui dont il se souvenait en revanche nettement était celui de son départ, mais il essayait de toutes ses forces lasses d’éviter à sa mémoire de revenir en arrière à cet endroit-là.
Les montagnes de Maokong dessinent un nouvel horizon. © Quentin Lefèvre

Promenade dans la banlieue sud de Taipei où les montagnes constituent la lisière de la ville moderne et lui restituent son enfance buissonnante de pratiques.
Rouleau mississippi

Mississippi Riverbook est un projet numérique. Nous allons dérouler sur le web un grand paysage. Nous voulons retrouver la magie des panoramas mobiles du début du dix-neuvième siècle. Première étape ici décrite : le rouleau de peinture.
Salin-de-Giraud

Il y avait la traversée en bac jusqu’ici, pour voir les lignes parallèles des bassins salins, la traversée pour humer la saumure, et jeter son front au devant des cent soleils blancs réfléchis dans le marais.
Boues rouges

J’ai beaucoup vu d’images sur les boues rouges de Vitrolles ou de Gardanne, certaines très belles. Aucune ne montrait cependant le travail des hommes.