À propos

Dirigé par Claire Dutrait et Matthieu Duperrex, Urbain, trop urbain se propose depuis 2010 de saisir les métamorphoses actuelles de la ville par des pratiques artistiques et culturelles résolument subjectives, qu’elles soient poétiques ou réflexives. Par des parcours documentés au moyen du texte, du son et de l’image, par des lectures de ville et d’ouvrages sur les villes, de la veille numérique et de l’analyse architecturale, le collectif propose des regards multiples sur la ville et ce qui la dépasse aujourd’hui, l’urbain. Il emprunte à l’analyse urbaine mais aussi à la géographie (Michel Lussault), la sociologie (Bruno Latour), l’histoire (Régine Robin), la philosophie (Michel Serres), et l’anthropologie (Michel de Certeau). La matière des villes devient ainsi matière sensible mais aussi sujet de réflexion sur notre condition urbaine contemporaine.

Le collectif Urbain, trop urbain est à géométrie variable selon les projets : il prend la forme d’ateliers créatifs ou d’accompagnement d’écriture à la recherche de perspectives neuves sur la ville, que ce soit des mégapoles étrangères ou des espaces urbains européens, dont Toulouse (Lire par exemple Shanghai Nø City Guide, Périph’strip, et le présent site Internet…). Grâce à l’expertise développée par son activité de veille et de chroniques sur l’urbain, Matthieu Duperrex développe des partenariats dans le cadre de projets artistiques déjà existants pour apporter un conseil artistique sur la ville (Arte Radio sur Lens et Marseille, web-documentaire InSitu…). En 2012, le collectif a aussi été sollicité par le sociologue Bruno Latour pour mener une enquête urbaine à Toulouse produite dans le cadre du Festival La Novela (édition 2013) sous la forme d’un livre et d’une installation numériques au Centre culturel Bellegarde : Micromegapolis.

Les actions menées par Urbain, trop urbain explorent en effet les possibles de l’édition numérique, que celle-ci passe par l’Internet, le livre numérique, l’installation, le web-documentaire ou les réseaux sociaux tels Facebook, Twitter, Tumblr, Instagram… Cette constellation numérique constitue le moyen de nourrir une écriture collective, et de développer ainsi une esthétique propre à la matière urbaine contemporaine, multipolaire, diffuse et variable. S’étendant aussi hors du Net, certains projets donnent lieu à des performances poétiques alliant musique, image et voix. La pratique psychogéographique se prolonge ainsi en une expérience immersive et partagée avec un public.

Les échos de l’association Urbain, trop urbain : ici

AGENDA FIN 2014

19 septembre 2014 : Parking Day.

20 septembre 2014 : Périph’Strip le Tour Operator (avec le soutien de Tisséo et de la Ville de Toulouse, à l’occasion des Journées européennes du patrimoine)

2-7 octobre 2014 : résidence de création à l’espace Bonnefoy (Toulouse).

7 octobre 2014 : performance « Les légendes périphériques » (espace Bonnefoy, 19h).

8-10 octobre 2014: participation à Berlin Unlimited (Berlin).

novembre 2014 : parution de Périphérique intérieur (éditions WildProject, Marseille)

29 novembre 2014 : projection de notre film T1, proche Garonne, accès rocade,  premier prix du concours Archi’Court 2014 au CMAV, Toulouse (Festival Séquence Court-métrage)

AGENDA DÉBUT 2014

janvier 2014-avril 2014 : enseignement d’analyse des arts — licence d’arts appliqués, université Toulouse 2 Le Mirail.

8 février : table ronde à l’occasion des journées portes ouvertes du Campus la Fonderie de l’image (Bagnolet).

17-18 février 2014 : résidence de création au centre culturel Bellegarde.

1er mars 2014 : célébration des quatre ans de la plateforme éditoriale Urbain, trop urbain.

Mars 2014 : participation au N°21 de Friture Mag, « Demain, ma ville ».

10 avril 2014 : conférence-performance à l’occasion du festival des Empreintes numériques.

15 avril 2014 : table ronde, librairie Terra Nova, Toulouse.

fin avril/début mai : voyage à Bruxelles.

12 mai 2014 : séminaire « Futurs urbains » à l’École polytechnique de Lausanne (EPFL).

21 & 22 juin 2014 : « Le Périph en résidence », deux jours de randonnée créative autour du périphérique de Toulouse, bivouac compris.

4-7 juillet : Workshop d’écriture à Marcillac (Aveyron).

18-21 juillet : Workshop d’écriture à Sillandes (Tarn).

AGENDA FIN 2013

23 septembre 2013 : ouverture du mini site de veille accompagnant Micromegapolis

28 septembre 2013, 11h : inauguration de l’installation Micromegapolis au Centre culturel Bellegarde, commanditée par Bruno Latour, produite par La Novela, réalisée par Urbain, trop urbain en partenariat avec le Pôle multimédia du Centre culturel Bellegarde et du pôle événementiel de la Mairie de Toulouse.

28 septembre 2013 : publication du livre numérique Micromegapolis, téléchargeable sur www.micromegapolis.eu, commandité par Bruno Latour, produit par La Novela, réalisé par Urbain, trop urbain (auteurs : Matthieu Duperrex, Claire Dutrait et François Dutrait ; graphiste : Audrey Leconnetable ; design numérique : Gwen Catalá).

4 octobre septembre, 14h : visite guidée de l’installation Micromegapolis pour le club des séniors du Centre culturel Bellegarde.

9 octobre 2013, 14h-18h : « Le périphérique toulousain, un laboratoire de la mobilité ? » participation à la Rencontre d’après-midi de la Novela 2013 Les chercheurs toulousains s’intéressent à la mobilité, Jardin du Grand Rond — Chapiteau.

11 octobre 2013, 9h-12h30 : « Se rendre sensible aux ondes », participation au séminaire FORCCAST-La Novela : Formation à la Cartographie des Controverses à l’Analyse des Sciences et des Techniques, Marengo- Toulouse Métropole.

13 octobre 2013, 14h30-16h : « La ville par le regard de la passe-à-poissons », participation à la table ronde La ville comme il faut organisée par Forum Libé 2013, Toulouse-1.

28 octobre 2013 : « Micromegapolis comme expérience d’écriture numérique », participation à Rêve de lecture, organisée par Le Bateau Feu, Scène nationale de Dunkerque.

15 novembre 2013, 11h30 : « La diffusion de la culture architecturale et urbaine : expériences numériques », conférence en partenariat avec le festival de cinéma Image de ville 2013 « La ville méditerranéenne », Aix-en-Provence.

16 novembre 2013 : La mégapole Istanbul, regards croisés – projection de 4 courts-métrage en avant-première de la publication de Istanbul Nø City Guide et commentaire des films et de l’actualité stambouliote avec un spécialiste de la ville. Un événement composé en partenariat avec le festival de cinéma Image de ville 2013 « La ville méditerranéenne », Aix-en-Provence.

11 décembre 2013 : Urbain, trop urbain officiellement déclaré lauréat de l’appel à projet de la Ville de Toulouse, le label et la bourse « Toulous’Up ! », qui repère et accompagne, chaque année, les initiatives artistiques et culturelles qui défrichent, explorent de nouveaux champs d’expérimentation. Le dispositif distingue chaque année une quinzaine de projets dans différents domaines de la création.

Publications hors de la plateforme éditoriale Urbain, trop urbain :

Matthieu Duperrex et Emmnuel Guy, chapitre « Situationisme », in Paris, une physionomie, Alexandre Mare (Dir.), Les moutons électriques, 2013.

Matthieu Duperrex, Claire Dutrait et François Dutrait, « Le dispositif de Shanghai, une lecture du Lotus bleu de Hergé », in Spazio ed eterotopie a partire da Michel Foucault, revue Materiali Foucaultiani, 2012.

Matthieu Duperrex, « L’architecture de 1950 à aujourd’hui », in Rémy Pech et Christian Amalvy, Mémoire plurielle de la Haute-Garonne, Éditions Privat, 2012.

Matthieu Duperrex, « La ville rangée est sans langage », in Regards sociologiques n°40, décembre 2010.

Matthieu Duperrex, contributions à Territoires du tramway, Éditions Privat, 2010.

Performances psychogéographiques :

15 mars 2013 : « Périph’strip, le manifeste », lors de Pechakucha organisée par Xpédit au Bakélite (Toulouse). Matthieu Duperrex, Claire Dutrait et Jean-Yves Bonzon.

29 juin 2013 : « Périph’strip, la perf », lors de la soirée Spontanéités#2, organisée par l’association Inattendue(s) au PUL (Toulouse). Claire Dutrait, Jean-Yves Bonzon et Frédéric Malenfer.

10 avril 2014 : « Un trip para-numérique », lors du festival des Empreintes numériques (Toulouse). Matthieu Duperrex, Claire Dutrait et Marcos Riesco.

Bookmark and Share