Articles répertoriés pour

animal

Bergeronnette citrine (par Delachaux & Niestlé)

L’écologie peut se trouver de grands et beaux ennemis: le réchauffement climatique, les pesticides, leurs fabricants, leurs utilisateurs. Oui, bien sûr. Mais la négligence, l’ignorance, la bonne conscience, comment les faire entrer dans l’espace public et en parler?
Gilles Delmas, « The Ferryman (Le Passeur des lieux) » (HD, 71’, 2016). Damien Jalet, chorégraphe-performeur, interprète un homme-cerf conjurant, à travers rituels et transes, l’exploitation de la nature. Exposition « Intuition », Palazzo Fortuny, Venise, du 13 mai 2017 au 26 novembre 2017. ©Courtesy Gilles Delmas/Lardux films

On propose ici de prendre à revers la thèse heideggérienne selon laquelle «l’animal est pauvre en monde». Cette théorie est traversée d’un dualisme symptomatique de la Modernité. L’acosmie prêtée à l’animal devient alors plutôt un paradigme utile pour décrire le «cercle de désinhibition» qui régit cette Modernité, notamment avec l’avènement de l’anthropocène.
Laurent Millet, Je croyais voir un piège, 2012

Ce colloque international réunit des artistes, designers, architectes et chercheurs qui développent une réflexion sur les manières d’intégrer le vivant dans des projets en art, en design et en architecture.
Enterrer les abeilles

On peut enterrer les abeilles une fois les fleurs disparues et les laisser ainsi jusqu’à leur retour.
Lavéra-Ponteau, encre de Frédéric Malenfer

Un polystyrène d’ébène, une canette Saint-Jacques rouillée, des galets pneumatiques, un cristal de pétrole brut pétrifié, des tessons de terre cuite, des ciments méridionaux…
Peripheria

Voyage au coeur d’un grand ensemble de banlieue laissé à l’abandon, « Peripheria » dresse le portrait d’un environnement urbain devenu sauvage.
Le chat et la mouette qui lui apprit à voler

C’est parce que l’éthique divise et partage davantage qu’elle ne crée le consensus d’injonction de l’ordre moral, que les débats au sujet des chiens et des chats d’Istanbul dans l’espace public demeureront vifs.
Chat à la voiture rouge—©Microtokyo

Il n’y a bien que les humains pour opposer humanité et animalité, dominant et dominé, ville et nature. Mais nous, les chats, sommes divins parce que nous nous fichons éperdument de ces binarismes simplistes. Nous avons suffisamment d’affect et d’intelligence pour laisser croire aux Hommes que ce sont eux les maîtres et nous les dominés. À vous les chatons de perpétuer cette illusion pour qu’ils continuent à trimer pour nous nourrir et nous choyer.
Graffiti

Au bord du flux des voitures le piéton rouge décompte les secondes qui lui restent à vivre sur le trottoir bondé avant de mourir en vert contre ceux qui sortent en flots de la bouche de métro. Un chaton se lance avant le piéton vert.
Neozoon

Kangourous, coyotes, renards, cerfs, ours, lapins, tigres, moutons… Neozoon tapisse stratégiquement les murs de nos villes et interroge notre rapport à l’animal. Interview de ces mystérieuses dames à la fourrure qui gardent encore leur anonymat.