Oraison noire

0
Partages
 Cela fait cinq ans déjà que s’est déroulé le désastre pétrolier de Deepwater Horizon dans le Golfe du Mexique. La fuite a duré des mois, 87 jours précisément. Plus de 210 millions de gallons de pétrole et plus de 500 000 tonnes de gaz naturel se sont épandus dans le Golfe. En même temps, 1,8 millions de gallons de composants chimiques toxiques, des dispersifs, ont été rejetés dans l’eau par la compagnie BP. Deepwater Horizon a été l’équivalent d’un Exxon Valdez tous les quatre jours. Ce poison reste là, dans les fonds marins. 37 plateformes opéraient en 2010 dans les eaux profondes, en face de l’estuaire du Mississippi, au moment de la catastrophe de Deepwater. Il y en a quarante aujourd’hui.

*

*

*

Une fois Nola déjà

tes baraques Nola

tes baraquements Nola

encore foutraques

portes à vendre et fenêtres noires

Déjà les digues défoncées

et les yeux des noirs dans les quartiers cassés

déjà placées dans leurs bouches

les dents dorées

déjà l’argent mal lavé

déjà tes galons détournés

Tu es perdue Nola

depuis longtemps déjà

mais là

là Nola

vieille pute à la bouche pourrie

avec ton vieux père en toi

I said the sad shady sad Mississippi

Tu as mangé les noirs et tu vas noyer les blancs

et la marée noire qui reflue en toi

C’est la fin Nola

C’est la fin de toi

des noirs

des blancs

des texans

des blues et des bayous

des cajuns

du jazz et de Mojo

de Mojo René dans Crescent City

la fin du mambo et la fin du gombo

la fin de tout ce qui fait toi

le French Quarter c’est toi

le club d’Algiers c’est toi

et la 9° section

et Mojo René dans Trémé

c’est toi jusqu’au delta c’est toi

Toute disloquée

et tu poisses Nola

tu poisses ta marée

mais ça colle pas

comme rien n’a jamais collé

Et   là   regarde   là

ton linceul s’avance vers toi Nola

et tes blattes clinquent encore

et tes tips grouillent encore

bounce au ventre

les yeux ouverts

les yeux encore ouverts

sous le linceul qui s’avance vers toi

Écoute le marchin’ band

juste pour toi

Nola

N o l a   l a   n o i r e


Texte initialement écrit lors d’un Vase communicant avec Joachim Séné.

Auparavant

Peripheria

Ensuite

L'atelier d'été de François Bon

1 Commentaire

  1. […] arabique. Les dispersifs épandus dans le golfe par la British Petroleum ont piégé le brut de la marée noire, l’ont fait sombrer. La gangue molle et gluante attend à présent dans les fonds marins. Elle […]

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>