Articles relevant de la section

LECTURE URBAINE

Scène, dispositif, tracé et sens de la ville

Habitat modeste

À côté des bidonvilles de cabanes précaires et des dortoirs, les cités ouvrières avaient été bâties par les entreprises pour y loger leurs employés. La cité est composée de lotissements de maisons rectangulaires d’un ou deux étages. Elles sont alignées en lanière sur des allées perpendiculaires à la rue, d’où leur nom, les « longtang fangzi ».
Mise en place de l'Exposition universelle sur la maquette de Shanghai

Chronique de deux visites: du Centre d’urbanisme de Shanghai et du Musée historique de Shanghai. L’un sur la place du Peuple, l’autre sous la Pearl Tower. Celui-ci est plus ancien que celui-là, mais les deux fonctionnent de la même façon: des analphabètes pourraient s’y retrouver, donc les étrangers aussi. Pas de texte, ou si peu. C’est un livre d’images qu’on ouvre sur la ville – où l’on verra comment Shanghai se dessine un destin, et pourquoi elle y parviendra.
Paysanne vendant ses légumes dans un petit marché du nord de Shanghai, tout près de la gare.

Les besoins métropolitains de Shanghai structurent assez tôt les rapports du maraichage et de l’industriel dans la banlieue de la ville. On peut voir l’insinuation, dans les espaces résidentiels, d’une agriculture intensive qui optimise le sol. Mais on peut voir aussi des déplacements d’industries en marge du centre urbain qui induisent des relogements des populations rurales dans de grandes tours d’habitation. On voit même émerger des gatted communities dysnéifiant la «ville à la campagne», de nouveaux espaces de loisir, des country resorts…
Lilong

Le lilong est aujourd’hui, à Shanghai, au cœur du conflit urbanistique entre l’héritage des anciennes structures et les programmes de développement à grande échelle. Avec leur « rénovation », ce qui est caractéristique du Lilong, c’est-à-dire l’espace de relation, est en train de disparaître.
Future New York-The City of Skycrapers-1910

Rem Koolhaas suggère à plusieurs reprises que les architectes du manhatanisme ont eu Venise dans l’œil pour régler les questions de circulation dans New York. Les flots de la rue — voitures et piétons — comme canaux.
Philharmonie-de-Berlin—Hans-Scharoun—©urbain-trop-urbain

Le sentiment que l’histoire est à double fond saisit le visiteur qui découvre Berlin aujourd’hui. Ou du moins admettra-t-il sans mal que Berlin déclenche dans la fibre européenne une sorte de nostalgie inversée, parce qu’à l’endroit d’un récit qui n’a pas eu lieu.