Expansion

Une personne, comme versée au hasard dans la ville : au bout de quelques minutes, quelle superficie de possibles couvre t-elle ? La forme de notre devenir n’est pas celle d’un chemin.

*

Elle a disparu à Gare de l’Est, il y a 30 minutes

Pourquoi ? Qui a-t-elle à fuir ou à rejoindre ? Quelle mouche la pique ?

*

Elle aurait loué une voiture chez Avis et déboucherait sur le périphérique au niveau de Porte de la Chapelle.

*

Ou bien, ce n’est peut-être pas si tragique, elle n’est pas vraiment perdue, seulement sortie pour un moment de sa trajectoire habituelle.

*

Elle serait assise dans le métro, direction la Courneuve, elle lirait un livre et ne verrait pas les stations défiler.

*

L’intention nous n’en voulons pas, nous n’en n’avons pas besoin. Si ça se trouve elle est défaillante, vacillante.

*

Elle aurait stagné quelque part, assise sur le banc vert d’un jardin public, les yeux dans le vague.

*

Ou bien au contraire, cette personne sait très bien ce qu’elle veut, mais ce n’est pas ça qui nous aidera.

*

Elle serait allée s’asseoir à la terrasse d’un café en bord de gare, et ceci aurait suffi à la fondre dans la foule.

*

Ce qui compte ce n’est pas l’intentionnalité. C’est la fluidité de ce qui est versé.

*

Elle aurait pris le métro dans la direction opposée à son trajet quotidien. Puis elle aurait rebroussé chemin, n’accusant sur elle-même qu’un retard modéré.

*

C’est la nature du terrain qui l’a accueilli, chassé.

*

Elle aurait marché au hasard des rues, ne sachant rien de sa progression, revenant maintes fois sur ses pas, spiralant sans hâte.

*

Ce qui compte, c’est, dans toutes les directions, la vitesse d’expansion.

*

Elle aurait pris le train, premier départ, vers l’Est, par la fenêtre elle regarderait la ville se dissoudre à bâtons rompus.

*

Soit du sang, du sang sur un drap blanc.

*

Elle aurait pris le métro direction porte d’Orléans, se serait arrêtée à Châtelet, elle serait sur le pont maintenant, regardant passer la Seine glauque au pied de la Conciergerie.

*

Ou bien, ce n’est peut-être pas si tragique, non pas du sang, mais de l’huile répandue sur la nappe de la cuisine, du café malencontreusement sorti de la tasse, un verre de menthe à l’eau brisé.

*

Elle serait en train d’essayer un top vert amande dans une des boutiques des Halles.

*

Ce qui compte c’est la fluidité de ce qui est versé. C’est de savoir aussi si le drap, la nappe, est en viscose ou coton : comment le tissu boit.

*

Elle aurait pris la direction de Roissy, elle lirait en ce moment même le tableau des départs.

*

Et quel pli vient barrer l’expansion de la tâche, la canaliser en rigole, formant trait, formant doigt tendu vers une direction jamais atteinte.

*

Elle serait à Roissy, c’est le tableau des arrivées qu’elle serait en train de lire.

*

Car tout fluide répandu a vocation à être absorbé.

*

Elle serait dans quelque hôtel de la rue Jarry, en compagnie d’un fantôme.

Ou alors c’est toile cirée, ça va loin mais il n’en reste rien.

*

Elle serait à Roissy, elle prendrait un café debout dans une croissanterie de la salle d’enregistrement, elle n’attendrait personne.

***

« Expansion » est un texte écrit par Cécile Portier, pour Petite Racine, qui invite sur son site le texte de Claire Dutrait « Resserrement du monde », pour Urbain, trop urbain… dans le cadre du projet des vases communicants: “Le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre.”

Bookmark and Share

Mots-clefs : , , ,

2 commentaires sur “Expansion”

Laisser un commentaire