Shanghai et le dispositif du Lotus Bleu

Le « Lotus Bleu » est composé entre 1934 et 1935 par Hergé et Tchang Tchong-jen. La Shanghai des années trente, des concessions et de l’occupation japonaise y est le théâtre principal des aventures de Tintin. Shanghai est encore à l’époque d’Hergé une ville cosmopolite, la perle de l’Orient, le Paris de l’Asie du sud-est.

Mais Hergé ne retient rien du cosmopolitisme de Shanghai. Aucun bâtiment classique des rives du Huangpu — le fameux Bund, essentiellement construit par les britanniques —, aucun hôtel ou édifice caractéristique de la concession internationale n’est ici représenté. Aucun décor de la Shanghai des années trente ne subsiste dans l’illustration. L’atmosphère y est souvent nocturne, ce qui est un peu un paradoxe pour la «ligne claire». Des aplats de gris et halos de lumière, de la pluie, certains lieux sordides ou en transition…

L’analyse qui suit en vidéo (15 minutes, 360 vignettes) peut être regardée en contrepoint de l’exposition Archi & BD, en cours à la Cité de l’architecture.


****

Vous souhaitez disposer de l’intégralité du texte argumentaire? Il vous est possible de le télécharger ci-dessous:

Shanghai et le dispositif du Lotus Bleu

Bookmark and Share

Mots-clefs : , , , , , , , , , , , , , ,

6 commentaires sur “Shanghai et le dispositif du Lotus Bleu”

Laisser un commentaire