Articles répertoriés pour

ville

Estefania Penafiel Loaiza "Les villes invisibles, l'attente", 2008

Que représente la ville pour nous, aujourd’hui ? Je pense avoir écrit une sorte de dernier poème d’amour aux villes, au moment où il devient de plus en plus difficile de les vivre comme des villes. Nous nous approchons peut-être d’un moment de crise de la vie urbaine, et Les Villes invisibles sont un rêve qui naît au cœur des villes invivables.
Map_hamburg_1527 - Version 2

C’est une ville, avec des canaux, de grands immeubles de briques, des places, un lac intérieur, des passages commerçants, un opéra en chantier, un port rugissant au loin et de monstrueuses sauterelles sur les quais. Voilà pour le décor. Mais baissons un peu les yeux vers le sol… elles sont toutes là, ou presque!
Les terrils, ©Will Argunas

«Le Louvre en sang et or»: en 4 par 3 c’est la Liberté guidant le peuple qui figure en publicité sur la façade à côté de l’Hôtel de France, face à la gare. Face à la gare aussi et à sa place pavée de neuf en pierre rouge, le spectacle étrange d’une façade cramoisie Art déco qui tient là, esseulée, les fenêtres de cet ancien cinéma démoli — l’Apollo — donnant sur le ciel.
Out of a job yet, © Nora Mandray

C’est à Detroit, Michigan, qu’est née l’automobile. C’est aussi là qu’elle est morte en premier. La ville est en plein marasme. À demi vidée, à moitié détruite. Matériellement et humainement. Le portrait serait presque cauchemardesque… sauf que dans les ruines de l’ancien monde se bâtit la société de demain, une société du partage et de la débrouille.
Sarcelles

On use et abuse à tort de la célèbre phrase de Charles Jenks dans “The Language of Post-Modern Architecture” à propos de la démolition de Pruitt–Igoe, le 16 mars 1972 à 15h: «le jour où l’architecture moderne est morte». Il faudra s’interroger un jour sur la façon dont la spectaculaire destruction de ces barres à Saint-Louis sert d’arrière-fond, ici comme ailleurs, aux sanctions de la politique du logement énoncées dans le cadre de la rénovation urbaine.
MAP-Taipei-©Aram Bartholl

Un Pecha Kucha qui aurait pour thématique la «ville numérique»? Urbain, trop urbain a répondu à l’invitation de l’Esplanade et ensemble, nous réunissons quelques amis ce vendredi, à Toulouse. Venez nombreux, entrée libre et ciel dégagé.
Pariétaire ne dérangeant pas le sommeil du chat de Beyoglu

À Istanbul les plantes sont très modestes, ubiquitaires, résistantes, invisibles. Parietaria Judaica, la Pariétaire de Judée, de la famille des urticacées, y est omniprésente. Dans le néant des villes se glissent les plantes sans nom…
Plan Roussel détail

Je voyais couler mon sang, comme j’aurais vu couler un ruisseau, sans songer seulement que ce sang m’appartînt en aucune sorte. Je sentais dans tout mon être un calme ravissant, auquel chaque fois que je me le rappelle je ne trouve rien de comparable dans toute l’activité des plaisirs connus.
MAP-Taipei-©Aram Bartholl

Une foule sentimentale investit le monde comme «expérience», et donne corps à la ville. Entrons, reconnaissants, dans cette respiration, et que nul ne se soucie plus de l’arithmétique des rues et avenues de Manhattan sinon comme suite d’équations sans résolution.
Le Redentore, en ce lundi de Pâques...

De nombreuses rencontres ont composé notre constellation urbaine durant cette année zéro. Des étincelles pas seulement numériques, mais tout de même à chaque fois venues de là.